27/06/2004

le syndrome du mouton... ou de la saucisse!

Chacun a sans doute déjà éprouvé cette désagréable sensation de faire partie d'un troupeau de moutons et ce dans les circonstance les plus diverses: dans un bouchon à l'heure de pointe où des milliers dégoismes en mono-bagnole se croisent, à la sortie de la gare centrale entre 8h et 9h du matin, en période de soldes chez Zara(en l'occurence ici il s'agit d'un troupeau dopé et survolté),à la caisse d'un supermarché en secouant compulsivement son unique bouquet  de persil derrière une file de caddies-odes-à-la-superconsommation.

C'est un sentiment bien étrange, pénible et rassurant à la fois, qui nous aliène et nous réconforte en nous donnant l'illusion de faire partie du groupe, de suivre notre instinct social dans une course effrénée et impitoyable vers une idée formattée du bonheur.
Cette aliénation de la vie moderne est génialement décrite dans un film que je considère comme culte:
koyaanisqatsi.
Un film sans parole où la folie urbaine est l'héroine sur fond de musique tantot opressante tantot triste comme un adieu, un film sur l'exclusion, sur le mépris de la terre, sur la folie du quotidien.

Une image de ce film reste gravée dans ma mémoire: un parrallélisme inquiétant entre des images accelérées d'escalators bondés et de saucisses sortant d'une quelconque usine de fast-food, un parrallélisme quasi-obscène...

Et l'on se prend à réfléchir et à refuser le mot normal.Rentrer dans le moule serait-ce une fin en soi?
J'essaie de croire que non, que nous ne sommes pas des moutons, qu'en grattant la surface vernie de chaque individu s'offrirait à nous un monde de complexité, des fractales de sentiments et d'idées entremêlées
Il n'empêche que les visages résignés de koyaanisqatsi me hantent tous les jours.


11:52 Écrit par supertimba | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

22/06/2004

Chute libre

Cet après-midi j'ai essayé d'expliquer la philosophie de l'Orienté Objet(OO pour les intimes) à qq qui a a fait de l'as400 toute sa vie.
Une gageure..
Heureusement je me suis sentie une âme d'évangéliste et j'ai parlé de l'abstraction que représentait l'objet avec toute la ferveur dont j'étais capable, j'ai glosé des heures sur ces entités qui avaient quasiment une vie propre avec un état, un comportement, un lifecyle, des interactions avec d'autres entités, ressorti l'exemple fondateur de Sun avec la hierarchie animale
.Je suis même tombé sur un superbe tutorial d'IBM avec
des robots
Le but est d'apprende Java en jouant un jeu de robots.C'est gratuit et comme tout ce qui est gratuit chez IBM, c'est très bien fait.
Je crois qu'à un moment donné je parlais même de Turing,de cette évolution de L'OO vers une lprogrammation quasi organique, emportée que j'étais par mon élan, quand je se me suis aperçue tout d'un coup que mon collègue dissertait sur les suicides en Belgique.
Je relis ce post et je me demande si qq va me comprendre.




22:10 Écrit par supertimba | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

20/06/2004

Recherche Maya désespérement!

Oui mais pas l'abeille hein!(chez nous elle parlait arabe et s'appelait Zina).Bref ceci est un appel pour retrouver une série de mon enfance qui m'a laissé des séquelles tangibles jusqu'à maintenant.
L'héroine s'appelait donc Maya, elle avait des coiffures sophistiquées avec des nattes partout(je réveillais ma mère à minuit pour qu'elle me fasse les mêmes) et elle pouvait se transformer en n'importe quelle animal-coccinelle, lionne, chat etcc.- pour se tirer de situations plus rocambolesques les unes que les autres.
J'avais 3/4 ans et c'est tout ce dont je me souviens :(
Any hints, clues , links are welcome.

18:03 Écrit par supertimba | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

18/06/2004

Syllogismes

Rien ne me hérisse plus que la malhonnêteté intellectuelle.
Vous n'aimez pas la politique étrangère américaine ?Vous aurez beau étaler votre passion pour les films des frères Coen, montrer votre collection de tex Avery, sortir le dernier opus de James ellroy et avouer que vous aurez bien fait un p'tit tour au MIT: rien n'y fait vous serez considéré comme un anti-américain point final.
Vous voudriez qu'on reconnaisse enfin un état au palestinien et qu'on cesse de nier l'existence de ce peuple?Vous aurez beau dire que les chansons juives ont bercé tous les mariages de votre enfance, que votre copain de sixième s'appelait David et que ma foi Einstein c'était un sacré type, rien n'y fait vous serez taxé d'anti-sémite.
Vous voulez dénoncer la politique du tout-capitaliste, la philosophie du "tout-est-a-vendre" et la main-mise de Monsanto sur la production mondiale de blé et de maÏs? Vous aurez beau nier que non vous n'êtes pas un admirateur secret de Staline, que vous voulez simplement plus de justice sociale, plus d"égalité dans les rapports nord-sud, moins de morts dans les chaloupes pour les eldorados impropables,vous serez jugé comme un dangereux apparatchik, un nostalgique du communisme voire-le qualificatif devenu insultant!!!!!!!!- un dangereux altermondialiste.
Soit il faut d'urgence redonner des cours de math à tout le monde, soit dès qu'on découvrira une planète à l'atmosphère respirable, je me proposerai comme cobaye.

21:29 Écrit par supertimba | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

17/06/2004

les p'tites névroses(1)

J'aimerais me lever un matin sans me poser de questions, juste accepter le monde tel qu'il est.Mais peine perdue, une émission écoeurante sur l"esclave moderne en France(Excellente emission "là-bas si j'y suis" sur France inter) avec le travail asservissant de ces ouvriers agricoles venus des pays où il ne pleut pas, une annonce de job demandant une maitrise de photoshop et de J2EE(!), la foule de moutons à la gare centrale et ça y est , je sens mon coeur chavirer...Comment ils font les autres, tous les autres? ils font semblants?

00:30 Écrit par supertimba | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

15/06/2004

brown requiem

La peste brune a frappé la belgique.Un sentiment de froid m'envahit tout d'un coup en pensant à ces electeurs du blok et du fn que je croise peut-être tous les jours...Ne retient-on donc rien de l'histoire?

13:13 Écrit par supertimba | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

10/06/2004

les p'tits plaisirs(1)

Manger le cornet de glace uniquement pour savourer le petit morceau de chocolat tout au bout de la gaufre, là oui on y est mmmm, zut c'est déjà fini.

00:10 Écrit par supertimba | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

07/06/2004

dans-le-chemin-woman

Arrière maraud, foi de dan- le-chemin-woman la bien nommée , tu ne m'empecheras pas d'être exactement dans tes pieds quand tu veux contourner le lave-vaisselle, de rêvasser devant la porte ouverte quand tu veux sortir,de te barrer le passage des toilettes en diatribant sur le conflit au moyen-orient,de brandir l'assiette d'ossement de poulet devant ton nez au moment où tu te lèves de table, oui toi le manant, dans-le-chemin-woman sera là où tu l'attends, le contour du perimètre, la barrière du barrage, la portière de la porte, le croc-de jambe de la jambe, arrière maraud qui partage mon existence tourmentée.
Ben à force de frotter des silex dans la prairie de la ferme avec k, tout en regardant broutter les vaches,j'ai perdu les trois neurones qui jouaient en arrière-plan.

22:14 Écrit par supertimba | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/06/2004

un piano en legos et autres dinosaures:

Henry Lim ,voilà encore un type qui me donne des complexes, moi qui pensait être la seule au monde à fantasmer sur des mixers en lego.Non content de faire des dinosaures en lego, monsieur joue du piano , fait en devinez quoi? Et Henry nous le prouve en nous donnant gracieusement un mp3 de legosien à écouter ici

23:50 Écrit par supertimba | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

02/06/2004

le père du tunning

Les petits rigolos de charleroi n'on qu'à aller se rhabiller(ça me fait penser à cette pub télé qui me donne le fou rire à chaque fois, celle du cd tunning beat, mamma mia!), et ça ne date pas d'hier hein.
Visiter le reste ici



22:02 Écrit par supertimba | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

on est l'ulysse de soi-même

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

(Joachim du Bellay-les regrets-1558)
 
Souviens-toi petite fille, souviens-toi que ce poème te faisait déjà pleurer à 12 ans.Tu ne savais pas ce qui t'attendait mais tu sentais que tu irais loin , loin de ton cocon.
As-tu brisé tes ailes?  as -tu oublié le bruit du porteur d'eau ?
Et tes rêves?Ce mot grandiloquent , malmené, galvaudé...tu t'étais fait la promesse d'en être digne.
N'oublie pas ,n'oublie pas la petite fille aux nattes et à la jupe volantée ,celle qui se faisait toujours prendre en photo avec un recueil de la "bibliothèque verte" , n'oublie pas cette petite fille là, c'est elle ton âme.

10:44 Écrit par supertimba | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

01/06/2004

matérialsme de dernière minute

J'ai découvert qu'une piscine couverte perso avec hammam à côté serait indispensable à mon bonheur.
Je me mets vraiment des obstacles dès que je peux.

21:51 Écrit par supertimba | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Et maintenant un petit interlude

 A tous ceux qui ont vécu l'aventure des start-ups et de la grande "aventure " internet, les gars de "Site-Pourri" ont tout compris:))
 
http://www.site-pourri.com: surtout le rubrique "en savoir plus":))

21:15 Écrit par supertimba | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Nostalgie et émigration


Outsider a réveillé en moi les idées de nostalgie, de pays perdu, cette impression de paradis de l'enfance et d'ailleurs rêvé, cette déchirure de l'exil  où l'on se perd soi-même si on n'y prend pas garde.
Chez moi elle est double, c'est d'abord le rêve étrange et pénétrant(:)) d'une enfance idéalisée, de petite fille modèle , rat de bibliothèque sans soucis.
Pour retrouver cette petite fille je vais même jusqu'à regarder (quand j'ai le temps) les épisodes de la "petite maison dans la prairie":)
Viennent ensuite les années du grand départ, qui bien que volontaire me blesse encore.Une part de moi-même est là bas, loin des souvenirs de pacotille pour touriste en mal d'exotisme.Les bras de ma mère, le sourire triste de mon père, la grande maison vide, les palmiers qui se balancent, mon ancienne école qui  semble rétrécir d'année en année, les remparts rouges de la vieille ville , le parfum entêtant de la menthe, les heures qui s'écoulent à un  rythme lent, si lent...
Ces années où tout semblait possible...
Je n'aime pas ce sentiment de lassitude comme si j'était désormais dans un labyrinthe où les portes se referment petit à petit,une oppression latente et perfide..
Et c'est le combat perpetuel, pour réconcilier la petite fille qui aimait les maths et Victor Hugo, la persistente blessure du pays natal, rêvé haï aimé pleuré,le jeu d'adultes dans le pays d'accueil, la grande fille qui a peur de se mettre à nu dans ses écrits.
Elle en a du chemin à parcourir..
 

20:51 Écrit par supertimba | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |