25/11/2006

Les gonzesses et moi: première partie

 

Aujourd’hui je m’en vais vous parler des gonzesses et pas n’importe lesquelles : je vais vous parler des gonzesses qui m’énervent.Pourtant je fais partie de la gente féminine et je devrais faire mon possible pour défendre le sexe dit faible tant les injustices contre les femmes sont flagrantes dans ce bas monde/

Mais c’est plus fort que moi : est-ce parce que les écoles d "ingénieurs étaient peuplées majoritairement de collègues masculins  où est-ce mon côté garçon manqué soigneusement camouflé , toujours est-il que j’ai souvent pesté contre des gonzesses. Et voici pourquoi.

 

La pouffe de la rue commerciale : hé oui car du haut de ses talons de 10 cm anti-pavés , et pourvue de son master en course en string, la pouffe guette dans la rue commerciale. La pouffe est à l’affut surtout quand vous êtes au bras de votre chéri et que vous avez le malheur d’avoir oublie de vous assener une couche de mascara .

La pouffe autrement appelée bimbo est fière de son brushing,voulait devenir Barbie étant petite, rit de n’importe quoi à gorge déployée , ne mange jamais son rouge à lèvres(ben oui moi ça m’arrive tout le temps), porte un mini sac dans lequel il est impossible de glisser un livre de poches et se poste sur son territoire en matant tous les postérieurs masculins qui passent. La rue devient affaire de conquête et il faut avouer que peu d’hommes (à ma connaissance) résistent aux diplômées en minauderie. Pour peu que vous portiez des lunettes (même branchées), la bimbo se voit en territoire conquis et vous classe automatiquement dans le règne des non-rivales.

 

Les voilées de la piscine démixée : Ca ça se passe plutôt au Maroc, car il faut que vous sachiez messieurs dames que pendant que certains femmes admirables luttent pour acquérir leurs droit en matière de divorce , d’héritage et faire appliquer la nouvelle mudawwana dans mon pays d"orifine, d’autres plus oisives (et certainement  plus aisées financièrement) ont investi toute leur énergie pour avoir des séances hommes femmes séparées dans certains piscines du royaume. Mais il en faut plus pour vous décourager et vous allez quand même pratiquer votre sport favori en vous disant qu’après tout les soixante longueurs avec ou sans hommes c’est du pareil au même. Mal vous en a pris, car non contente d’avoir supprimée la présence de la bête_j’ai nommé l’homme oui cet être inférieur qui va vous sauter dessus dès qu’un bout de chair malencontreux dépasse de votre accoutrement_ nos amis voilées viennent vous conseiller d’un ton douceureux de mettre plutot des caleçons au lien d’un maillot pour nager : « tu comprends, ma soeur, c’est pour ton bien que je te dis ça, j’essaie de te faire gagner le paradis ».Inutile de vous dire qu’après ça si vous êtes à poil dans le vestiaire, vous êtes irrémédiablement taxée d’hérétique.

 

 

Les vendeuses : n’importe lesquelles les vendeuses en général !Malheureusement jadis c’était une véritable profession avec ses règles ses us et ses coutumes .Aujourd’hui c’est visiblement devenu un  pis-aller ou un job transitoire mal payé. Du coup les vendeuses se vengent sur vous de manière ignoble : conseiller des leggings (oui ces pantalons moulants resurgis des années 80-) à une dame un peu forte, vous obliger à ranger la horde de vêtements que vous venez d’essayer vous-même, vous informer que malheureusement cette chemise s’arrête au 36 en vous scrutant d’un air sarcastique(oui on est gros à partir du 40 de nos jours ),vous affubler de froufrous en vous jurant que ça vous va alors que vous ne rêvez que de lignes graphiques, vous répondre avec un sourire mièvre qu’elles n’ont jamais consulté le site web de la marque...

Je ne parle même pas des vendeuses de magasins de luxe : là dès qu’on vous voit rentrer sans sac Vuitton ,l’air se charge de glace, le sourire de la vendeuse se fige,son regard se détourne et elle ne vous adresse pas la parole dussiez-vous lui avouez que vous venez d’hériter du magot d’une grand-mère anonyme.

 

Suite au prochain post : au programme : les gonzesses à l’heure du thé marocaine, les magazines féminins et autres joyeusetés !

15:58 Écrit par supertimba dans Ras le bol | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

15/11/2006

Oldies again: grendizer/goldorak en arabe

Je sais je sais : tout ceux de ma génération ne manqueront pas de verser un petite larme..MAis qu'on se le dise: on ne resiste pas à l'appel de Goldorak en arabe!

 

00:49 Écrit par supertimba dans nostalgie dial el blad | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

01/11/2006

Telquel, la rigueur à la marocaine et autres raisons de s'énerver

kafkaAujourd’hui un grand coup de gueule contre un magazine que d’ordinaire j’apprécie beaucoup.

J’ai nommé TelQuel ZE magazine marocain qui s’est donné pour mission de s’attaquer à tous les dysfontionnement du Maroc sans tabous et _à priori_ sans langues de bois.

Et bien comme d’habitude les cordonniers sont les plus mal chaussés : en ce moment TelQuel lance un grand prix de la nouvelle qui m’intéressait.Ayant à coeur de participer j’ai évidemment consulté le règlement ici : http://www.telquel-online.com/images/nouvelles.pdf.

Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir l’amateurisme de ce règlement vague, imprécis ,flou , indigne même d’un forum phpbb débutant bref en un mot peu représentatif de mon magazine préféré.

Imaginez un peu : pas un mot sur la date limite d’envoi et un même candidat peut envoyer plusieurs nouvelles à la fois.

Croyant à une erreur temporaire et n’écoutant que ma raison de morrocan engineer lost in translation ,je décide d ‘écrire à telquel pour demander un peu plus d’éclaircissements.

Voici le mail que j’ai envoyé :

Bonjour telquel!
Voilà: je souhaiterais participer au grand prix de la nouvelle mais votre règlement ne mentionne pas les informations suivantes:
-Quelle est la date limite d'envoi du texte(deadline)?
-Quel est le nombre  maximum de pages ou de mots?(à moins que ce ne soit égal).

Merci d'avance pour toute clarification.

 

Et voilà ce que j’ai reçu comme réponse :

Cher Monsieur,
 
Merci de votre intérêt pour TelQuel, et de votre participation à notre 
concours « Nouvelles Choisies ».
Je vous rappelle que les nouvelles doivent être adressées par courrier, 
non pas à TelQuel, mais à l’adresse suivante :
 
Nouvelles TelQuel/Tarik
Tarik Editions, 321, route d’El Jadida, Casablanca 20100
 
Bien à vous
--
CE MESSAGE A ETE VERIFIE PAR TelQuelScanner POUR DES VIRUS OU DES 
POLLURIES ET RIEN DE SUSPECT N'A ETE TROUVE.

 

Bref si j’avais la nostalgie du bled elle a disparu instantanément en lisant cette réponse et après la re-lecture édifiante du règlement : nous sommes bien au pays de Kafka.

Inutile d'ajouter que la réponse à ce mail instructif est restée sans réponse à ce jour.Et c'est là que j'ai ressenti cette grande lassitude familière, celle qui vous fait dire " ça ne changera donc jamais" et qui me fait régulièrement éprouver le plus grand interrêt pour les missions sur Mars.

Ce qui me laisse rêveuse c’est étant donné ces axiomes , quel va être le procédé de séléction du jury : je n’ose l’imaginer...

13:38 Écrit par supertimba dans Ras le bol | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |