11/02/2007

Le livre du voyageur

Venez lire dans mon regard

Le soleil entre parenthèses

Après le point virgule ma terre

Et mon ciel dès la première page.

Les majuscules rondes de l’enfance

Adossée aux murailles sans age

Les rires clairs ivres de lumière

Là dans la pupille tout au coin.

Tapis au creux de la paupière

Des paragraphes entiers de rêves

La mer jusqu’au creux de l’oreille

Et ce gout d’amandes amères

Que la nostalgie laisse sur les lèvres.

Venez lire dans mon regard

Tous ces silences emprunts de fièvre

D’une langue lointaine aux syllabes fières

De droite à gauche elle se décline

Musique des mots au goût d’exil

Belle et farouche prisonnière

De la grisaille indifférente

Et d’un présent terni ,fragile.

Venez lire dans mon regard

Les phrases dorées des gloires éteintes

Tracées à l’ombre des cours sereines

Où le passé grave sa complainte

Dans l’enlacement des damassures

Jaseran d’espoirs alinéaires

S’égrenant dans l’eau des fontaines

Qui signent à l’encre de leurs murmures

Toutes les blessures

De mon passé.

Tous ces chapitres sans sommaire

Errant dans les ruelles sombres

Poussant les portes brinquebalantes

Des mains de fatma dans les écrins d’ombre

Tous ces chapitres d’une même histoire

S’enchevêtrant dans ma mémoire

Parfums de menthe et de cannelle

Chansons des porteurs d’eau ridée

Appels sacrés à la prière

Cumin , citrons en ribambelle

Chantent leur litanie dérisoire.

Ce ne sont plus que des images

Car

J’ai rangé mon pays dans l’étroite cage

De mon regard lointain

Celui des retours éphémères

Et des départs trop certains

Voyageuse infatigable

Dans l’isthme du souvenir.

 

 

 

14:10 Écrit par supertimba dans poésie | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Beau, mais attends ma belle dis à la nostalgie de te laisser en paix.
Mwah

Écrit par : Loula | 12/02/2007

Sous le charme... Je ne te connaissais pas ce talent :-)
Adoré.
En particulier l'isthme du souvenir comme chute de fin... Il sent le musc ce poème, touthia de mon grand-père...

Écrit par : Amine | 13/02/2007

En attendant la publication, je reprendrais volontiers une petite absinthe.

Écrit par : odilon | 18/02/2007

Les commentaires sont fermés.