12/04/2009

Madeleine de Proust Marrakchie...

Quand j’étais enfant et que nous allions en vacances à Marrakech il n’y avait qu’une idée fixe qui me faisait patienter le long du trajet , interminable à cette époque sans autoroute.Non ce n’était pas la beauté des glaciers, l’ imbroglio médiéval de djamaa el f’na , la viande grillée(et le tagine poulet-carottes-citronc confits) du boui-boui El Bahja( près de la place et incontournable si vous ne connaissez pas),les palmiers centenaires et le rouge fascinant de la ville. Non rien de tout cela…Moi ce qui me faisait saliver d’avance c’est une enseigne légendaire au Maroc , installée également à Casablanca, j’ai nommé le glacier Oliveri.

L’Oliveri ce n’était pas seulement les glaces artisanales somptueuses des après-midi languissant sous la chaleur marrackchie, c’était  aussi des petits déjeuners plantureux avec des viennoiseries dignes des plus grandes capitales européennes, du café italien à réveiller les morts, des serveurs à l’ancienne avec nœuds papillons et service impeccable, de vraies chaises-fauteuil en bois où la matinée pouvait s’éclipser sans encombre, un brouhaha constant et une clientèle fidèle et nombreuse avec parfois des discussions philosophiques dignes des mots de minuit (émission culturelle et donc courageuse de France2 qui passe contrairement à ce que son nom indique vers 1h du matin).

L’Oliveri c’était tout cela et bien plus encore…

Je suis retournée à Marrakech récemment et j’ai été prise du même désir frénétique d’aller voir mon glacier préféré.

Alors oui Marrakech c’est désormais les projets pharaoniques, les rêves inaccessibles de villa-avec-palmiers ou une centaine de vie de smic marocain ne suffirait pas à vous acheter une chambre, un projet de rallye automobile, des avenues gigantesques dans la  so-called « ville nouvelle », des maisons d’hôtes avec spa et tout le toutim en veux-tu en voilà et des vendeurs de médina qui se sont fait une spécialité de traquer le touriste inconscient …

Mais l’Oliveri dans tout ça ?après quelques péripéties de transport(les taxis marrackchis étant pire que les chars de la place tien an men) j’arrive dans la petite rue de la vieille ville où se trouve l’enseigne adulée. Vieille ville qui a déjà un goût de défraîchi , d’abandon : le développement se passe ailleurs…

Je rentre : les mêmes chaises en bois,le même décor avec grands miroirs biseautés mais un vide intersidéral,un silence glacial pas un seul client…je rentre stupéfaite et je commande une glace maria luisa (parfaite) qu’un serveur toujours en nœud papillon s’empresse de m’amener la mine triste et désabusée.

Je ne peux m’empêcher de lui demander : où est passée la splendeur d’antan ? cette odeur de croissants chauds qui vous prenait à la gorge dès l’entrée ? la cacophonie des cuillères teintant dans les verres de nass-nass ?

Et là on me dit que les patrons ont décidé d’arrêter le service petit-déjeuner, que le glacier dans la vieille ville est désormais hors des nouveaux sentiers touristiques et que bien peu de « nouveaux »  connaissent désormais cette adresse  perdue dans le gueliz. On y commande certes toujours les merveuilleux gateaux glacés mais that’s all folks.

JE mange ma glace dans un silence assourdissant, prise d’émotion.Plus tard je bois un café dans une de ces grandes et gigantesques avenues nouvelles : chaises en plastique, service défaillant, ma commande est oubliée et la carte est sans suprises

J’en avais presque les larmes aux yeux, la splendeur disparue me fait toujours cet effet là. Objets inanimés avez-vous donc une âme.

Marrakech la rouge , Marrakech ma bien-aimée,prend bien garde à ton âme et aux illusions de paradis pour touristes. ?ce

12:12 Écrit par supertimba dans nostalgie dial el blad | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

24/09/2007

Bloguons utile:pour améliorer la condition des detenus mineurs au Maroc

bloguonsutilefrancaisBen oui ,je m'y suis mise moi aussi à ce collectif de blog utile pour la défense, la protection et la réinsertion des détenus mineurs.Pourquoi?

  • Parce que j'ai toujours cru dans les gonzesses de mon pays natal ,j'ai toujours pensé que le salut viendrait des nanas et que la fondatrice de L’association des amis des centres de réforme et de protection de l’enfance(AACRPE),  Assia EL OUADIE est une femme de poigne et de caractère comme je les aime.
  • Parce que c'est bien de se passionner pour prison break et le regard d'azur de scofield mais les regards des mineurs derrières les barreaux dans nos prisons n'ont guère trouvé de prime time pour s'exprimer.
  • Parce qu'un gamin de 12 ans dans une prison en surreffectif éternel c'est tout bonnement insupportable

Trève de bavardages, voici quelques infos sur l'association:

L' association des amis des centres de réforme et de protection de l’enfance a été créée le 15 mars 2001 par Assia El Ouadie dans le but d’apporter l’aide nécessaire pour améliorer les conditions de détention et de réinsertion des jeunes détenus.

L’association a pour objectif de mener toute action permettant la préparation à la  réinsertion des jeunes détenus, notamment :

  • Assurer leur assistance juridique et judiciaire ;
  • Contribuer à l’hygiène et à la santé des jeunes détenus par l’acquisition d’équipements médicaux et la mise en place de cellules médicalisées et l’appel aux médecins bénévoles qui viennent régulièrement soigner les jeunes détenus. (Toutes les initiatives de médecins bénévoles sont les bienvenus)
  • Mobiliser les moyens pour assurer un soutien psychologique aux détenus ;
  • Participer à leur éducation  en mettant en place des cours d’alphabétisation  et un centre de formation professionnelle;
  • Organiser des activités culturelles et sportives à travers l’organisation d’évènement artistiques et l’aménagement d’espaces sportifs et de loisirs
  • Aider à la sensibilisation et à la formation des fonctionnaires de l’administration pénitentiaire

L’association organise une soirée de soutien le 28 septembre prochain au Hyatt Regency pour une  collecte de fonds destinée à finir la construction de nouvelles cellules.

En effet, ces travaux résoudront les problèmes de sureffectif, de promiscuité et de manque d’hygiène et permettront une amélioration sensible des conditions de vie des détenus. Vous pouvez encourager, si vous le désirez, à la vente des tickets en donnant ces contacts:

-Fatim Zohra Ammor 061 07 41 74  et Meriama Fadli 061 23 84 88.

banner2

10:45 Écrit par supertimba dans nostalgie dial el blad | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : bloguonsutile |  Facebook |

04/06/2007

Comment allaiter son collègue de bureau

Hé oui, faut pas croire, nos savants de l'azhar parfois s'ennuient!Et en vrais petits polissons qui s'ennuient, il leur arrive de pondre des fatwas dignes de Kafka, que dis-je digne de Marcel Duchamp himself.Un petit échantillon sous la verve de l'inégalable Zakaria Boualam: pour ma part j'ai falli m'étranger de rire au boulot!http://www.telquel-online.com/274/zb_274.shtml

22:35 Écrit par supertimba dans nostalgie dial el blad | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

28/03/2007

Back to moroccan roots

Hé oui je suis de retour au Maroc pour 15 jours.

3 heures de vols, 2 heures de contrôle de police et mes bagages récupérés in extremis sur un tas de valises jetées pêle-mêle et me voici dans les bras de mes parents, en train de pleurer comme une madeleine à la grande joie des badauds marocains.Ah ce brouhaha de la foule marocaine reconnaissable entre mille et qui manque tant lorsqu'on est immergé dans son ipod dans le métro bruxellois!

Cette impression douloureuse que mes parents ont rétréci...Ce ne sont plus les titans de mon enfance, malgré le fait que ma mère fait toujours ses 4 h de sport quotidienne et que mon père se ballade encore avec un plastique noir rempli de journaux et de bouquins...

Le premier choc pour tout exilé marocain c'est la lumière. Cette formidable lumière qui a attiré tant de peintres de renom n'est pas un mythe, encore moins quand on revient du ciel si bas qu'un canal s'est pendu...

Je me suis sentie revivre, happée par la terre de mes racines, les yeux plein de soleil et par cette sensation d'espace, ce fameux "khla" inexistant sur le territoire belge découpé à l'équerre.

Quelques larmes et kilomètres plus loin et c'est le citronnier de mon enfance, ma chambre d'étudiant et les myriades de photos que mes parents encadrent précieusement comme des gardiens du temple de notre vie familiale.

Et que croyez-vous que j'ai fait aussitôt arrivée? Je me suis installée devant une assiette de boulfef(les fameuses brochettes de foie de mouton entourée de crépine),un plateau gargantuesque de salades où ma mère a j'imagine utilisé tous les légumes de saison sans oublier d'arroser le tout d'un thé à la menthe corsé.

On ne se refait pas:c'est ma madeleine à moi.

Demain je prévois un stage de msemmen avec ma mère et une visite à la souika de rabat  avant de faire la tournée des amis laissés de côté par les hasards de la vie: stay tuned…

 

 

14:09 Écrit par supertimba dans nostalgie dial el blad | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

15/11/2006

Oldies again: grendizer/goldorak en arabe

Je sais je sais : tout ceux de ma génération ne manqueront pas de verser un petite larme..MAis qu'on se le dise: on ne resiste pas à l'appel de Goldorak en arabe!

 

00:49 Écrit par supertimba dans nostalgie dial el blad | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

14/10/2006

Moroccan Sixties: attention cultissime!

Qui se souvient de Vigon , le chanteur marocain Vigon,mais si allez un petit effort!

Je partage avec vous un enregitrement rarissime grace à nos amis de youtube,qui comme vous le savez appartiendra désormais hélas à la big world company Google.

En tout cas notre james brown marocain a la pêche!

00:05 Écrit par supertimba dans nostalgie dial el blad | Lien permanent | Commentaires (18) |  Facebook |